Retail 11 janvier 2018 - Le Télégramme - Rémi Quéméner - 11 janvier 2018

Soldeurs : pas une mince affaire

Le Télégramme - Rémi Quéméner - 11 janvier 2018


Même les magasin de déstockeurs, comme ici Stokomani à Atlantheix, proposent des prix encore réduits durant les soldes.

C'est le nerf de la guerre. Des prix bas, encore des prix bas. À chaque période de soldes, les magasins en profitent pour appâter le chaland par des offres défiant toute concurrence. Mais qu'en est-il des déstockeurs qui, toute l'année, fonctionnent à prix réduit ? Pour certains, soldeurs, ce n'est pas une mince affaire. 

À chaque fois, c'est la même affaire : quelle boutique consentira à la plus grosse remise ? Depuis hier, date officielle de l'ouverture des soldes d'hiver, les offres, plus alléchantes les unes que les autres, s'affichent en 4x3 dans les rues : - 60 %, - 70 % et même du - 80 %. Chacun tente de tirer son épingle d'un jeu largement redistribué depuis plusieurs années par Internet et ses offres discount tout au long de l'année. Une hyper concurrence à cette période de l'année qui touche également les destockeurs, abonnés aux petits prix toute l'année. Au point d'être capable de grignoter encore quelques euros pour sortir du lot ? « Soldeurs, c'est notre métier, glisse d'emblée, le responsable du magasin Au fil des lots, installé rue du Vincin, spécialisé dans le bricolage et le jardinage. En réalité, la période des soldes n'en est pas une pour nous. L'activité est plus forte pendant les vacances et au printemps. C'est possible qu'il y ait un peu plus de clients à venir, surtout le week-end pour voir s'il y a encore plus de réduc' que d'habitude, mais ce n'est pas possible. On est déjà au minimum. Chez nous, les prix sont déjà cassés à l'arrivage des lots, donc notre clientèle, qui est plutôt habituée des lieux, n'a pas besoin d'attendre les soldes pour venir faire des bonnes affaires ».


Achat en gros lots

Au fil des lots, qui compte huit magasins en France, mise sur l'achat en gros, pour défier toute concurrence de prix. « Quand une enseigne de la grande distribution va acheter 80 lots d'un article de jardin par exemple, de notre côté on va pouvoir acheter jusqu'à 5.000 articles, ce qui nous permet ensuite d'avoir des prix bas », précise son responsable vannetais.


Des stocks à écouler

Mais pas de généralité à tenir. Tous les destockeurs n'ont, évidemment, pas la même philosophie de vente. Prenons par exemple Brico Cash, dont les pubs s'affichent ces jours-ci aux quatre coins de ville. Même si le commerce surfe sur les petits prix en matière de bricolage pour particuliers et professionnels toute l'année, la période des soldes permet « d'écouler les produits de fin de série ou des arrivages qui ne sont pas forcément bien partis, explique Patrice Deniaud, reponsable de l'antenne vannetaise de Brico Cash, basée dans la zone du Poulfanc. On ne fait pas toujours des soldes, c'est plus en fonction de la matière que l'on a en stock. C'est évident que le bricolage fonctionne moins bien que les vêtements ou l'électroménager, en ce qui concerne les soldes. On est assez proche de l'activité normale ».


« Les gens sont parfois étonnés quand on solde »

Stokomani, installé dans la zone Atlantheix, a fait de la vente de grande marque à petits prix sa spécialité. Vêtements, jouets, produits de beauté, déco... Le choix du roi. Durant les soldes, l'enseigne a décidé de baisser les prix uniquement sur le textile, ce qui représente tout de même près de 75 % du magasin. « En réalité, ce n'est pas une grosse période pour nous, par rapport au reste de l'année, avoue Jean-Marie Poullain, responsable adjoint. Les gens sont parfois étonnés quand on solde. Même si les prix sont bas d'ordinaire, on a une petite marge pour aller un peu plus loin ». Ici, ce sera jusqu'à - 70 % sur la troisième démarque pour certains produits. La grosse période concerne l'arrivage des articles de jardin en février, les vacances et l'été. C'est à se demander si finalement, il existe vraiment toujours une période charnière, en matière de petits prix.